• A la manifestation ratée en faveur du « mariage pour tous » devant le Palais de Justice de Rouen

    « Aujourd’hui, il n’y a plus que les prêtres qui veulent se marier. » disait Louise de Vilmorin, femme de droite, dans les années soixante-dix, une époque pendant laquelle quand des parents demandaient à leurs enfants s’ils comptaient « régulariser », filles et garçons s’esclaffaient et les envoyaient bouillir. Les temps ont changé, sont d’abord revenus les enterrements de vie de jeune fille et de vie de garçon, maintenant ce sont les homos qui veulent se marier.

    Ce samedi à quatorze heures, ai-je appris par la bande au dernier moment, a lieu une manifestation en faveur du « mariage pour tous » devant le Palais de Justice de Rouen. Mariage pour tous, horrible formulation, on ne peut plus dire mariage pour homos, paraît-il, à cause de ceux et celles que ça excite, les borné(e)s de la droite catholique. Je ne suis pas davantage pour ce nouveau mariage que pour l’ancien mais je suis contre qui est contre, ce pourquoi j’y vais.

    J’arrive à l’heure pile. Ne sont présent(e)s que trois étudiant(e)s. Il se met à pleuvoir. Arrivent une poignée de vieux et une Hennepéha sans drapeau, des professionnel(le)s de la manifestation. Du côté des jeunes, dont certain(e)s portent l’autocollant Unef, le nombre grimpe peu à peu. A quatorze heures quinze, nous sommes en tout une vingtaine. La manifestation, mal organisée et donc ratée (une spécialité rouennaise), va se résumer à une distribution de tracs aux passant(e)s faisant leurs courses de Noël. Je préfère ne pas voir ça et rentre à la maison.

    *

    Autre manifestation de la journée, au même endroit, à quinze heures, les antinucléaires prévoient d’organiser une chaîne humaine. Je présume qu’ils ne seront guère plus nombreux et ce sera sans moi, pas envie de m’attacher à l’un(e) de mes semblables. Ce côté si tous les gars du monde pouvaient se donner la main m’exaspère.

    *

    Côtoyer l’extrême gauche m’est de plus en plus difficile, c’est l’une des raisons (pas la principale, je manque souvent de temps) pour lesquelles je ne vais plus au Tribunal Administratif depuis un moment. Il ne faudrait pas croire que c’est parce que ça va mieux pour les Sans Papiers depuis l’élection de Hollande. C’est la même chose qu’avant, en pire. Ainsi Valls vient d’expulser deux lycéens en cours d’année scolaire, ce que jamais Guéant n’avait osé faire.

    *

    Ce gouvernement est pitoyable. Je prends le pari que pour se rattraper d’avoir déçu la Cégété de Florange et la Cégété de Petroplus, il donnera raison à la Cégété de Fessenheim en n’arrêtant pas la centrale nucléaire construite sur une faille sismique.

    Partager via Gmail Yahoo!