• Au rassemblement de soutien à Léonarda devant le Palais de Justice de Rouen

    C’est sans illusions que je me rends ce vendredi à dix-huit heures au rassemblement de soutien à Léonarda devant le Palais de Justice de Rouen, sûr de ne voir là que peu de monde et uniquement les habitué(e)s. C’est le cas. Sont présent(e)s des membres du Réseau Education Sans Frontières, de la Ligue des Droits de l’Homme, de Droit au Logement, des syndicats Sud et Unef, de la Jeunesse Communiste, d’Alternative Libertaire, de la Fédération Anarchiste, du Nouveau Parti Anticapitaliste et cætera. Christine Rambaud, Socialiste Première Adjointe à la Mairie de Rouen, devenue cette semaine marraine d’un enfant de Sans Papiers, n’est évidemment pas là. Brillent aussi par leur absence les Ecologistes.

    Trois collégiennes passent, demandent s’il va y avoir une marche. A cent ou cent cinquante, pas question de manifestation, elles repartent avec un numéro du Monde Libertaire. Je discute avec deux connaissances qui me reprochent de leur saper le moral quand je leur dis qu’on est de plus en plus minoritaires, que je serais curieux de savoir combien parmi les lycéens et les étudiants qui étaient dans les manifs anti Le Pen en deux mille deux votent désormais pour le Front National et qu’après cette affaire, Valls ne verra pas sa popularité décroître, peut-être même augmentera-t-elle.

    Au mégaphone s’expriment successivement une des membres du Réseau Education Sans Frontières, un représentant de la Ligue des Droits de l’Homme, un Jeune Communiste et un lycéen de la Vallée du Cailly. C’est le seul lycée du coin à avoir été bloqué ce vendredi. Ses élèves ont tenté d’entraîner les lycées rouennais à leur suite, avec un peu de succès chez Corneille et beaucoup moins chez Jeanne-d’Arc et Saint-Saëns. Rien à voir avec l’effervescence parisienne qui malheureusement va cesser pour cause de vacances.

    Valls va s’en sortir facilement, dis-je à mes deux interlocuteurs, il va aller chercher une solution à sa gauche, c'est-à-dire chez Sarkozy, en repêchant la circulaire qui permettait aux enfants de Sans Papiers de finir l’année scolaire (pour mieux les expulser pendant les vacances, certes).

    *

    Donc Léonarda aurait un père violent et serait fille d’Italie par sa mère. D’aucuns se servent de cela pour la discréditer alors qu’elle n’y est pour rien.

    Personnellement, j’en tire deux conclusions :

    Renvoyer Léonarda, sa sœur et sa mère dans un pays où elles ne pourraient sûrement pas déposer plainte contre lui comme elles l’ont fait en France, c’est de la mise en danger de la vie d’autrui.

    Une Police des Frontières pas capable de déceler une telle supercherie mérite de se faire redresser le képi.

    *

    Au marché à la brocante du Clos Saint-Marc, ce samedi matin, d’un acheteur ayant une bonne tête d’intellectuel à lunettes d’écaille :

    -Et en plus, on va lui payer l’avion pour la faire revenir.

    Ajoutant :

    -C’est comme les gamins qui sont dans la rue. C’est les mêmes qu’étaient dans la manif pour la retraite. C’est juste pour pas aller en cours.

    Partager via Gmail Yahoo!