• Au vide grenier de Clères, premier de l’année deux mille quatorze

    Après avoir manqué celui de Pîtres parce que j’étais à Bordeaux, puis avoir subi deux semaines de disette pour cause d’élections municipales, me voici ce dimanche matin, premier d’avril, en route pour mon premier vide grenier. Délaissant Gaillon, d’où l’an dernier je suis revenu déçu, j’ai choisi Clères, où je ne sais pas aller sans l’aide de la carte routière. Y ai-je seulement remis le pied depuis l’enfance ? En ce temps-là, une fois, la seule sortie familiale de l’année fut pour le parc zoologique qui y prospère.

    C’est en épi devant celui-ci que je me gare, le jour se levant malgré un ciel gris. Une rivière étroite dont je suis le cours m’emmène au centre du bourg. Sous la halle et dans les rues avoisinantes, on déballe en craignant la pluie. Les vendeuses et vendeurs n’ont pas l’air pour la plupart de sortir des maisons bourgeoises mais de venir d’ailleurs proposer leur marchandise parmi laquelle beaucoup de vêtements d’enfant qui même lavés semblent sales.

    Je fais deux fois le tour sans rien trouver qui me soit nécessaire en me promettant de revenir dans ce gros village un jour de semaine. On y voit une fascinante maison à pans de bois ruinée de plusieurs étages dont les murs sont maintenus à l’extérieur par des poutres elles-mêmes sanglées dans des câbles d’acier afin d’éviter l’écroulement de l’ensemble. Dans un ultime souci esthétique, cet exosquelette a été complété par des jardinières de plastique vert dont la végétation est aujourd’hui totalement desséchée. Il y a à Clères un adepte de l’art contemporain qui s’ignore.

    *

    Pléonasme clérois : « C’est de l’argent gaspillé pour rien ».

    *

    Au retour, je retrouve ma ruelle plus sale que jamais, détritus de toute nature, merde de chien, pisse d’humain, graffitis et cætera. On ne peut pas accuser Robert, Maire, d’avoir nettoyé la ville pour se faire réélire, des semaines que ne passe plus ici le moindre balayeur.

    Hier matin, un adjoint spécialement chargé du centre ville a été nommé. Il s’agit de Kader Chekhemani, de la Gauche sportive, ancien coureur à pied. Comme il n’a pas d’autre attribution, tout devrait vite changer dans le quartier.

    Partager via Gmail Yahoo!