• Au vide grenier rouennais du quartier Augustins Molière

    Samedi, aux aurores, je n’ai pas à marcher longtemps pour être au vide grenier du quartier Augustins Molière où les exposant(e)s déballent, certain(e)s énervé(e)s, d’autres mal réveillé(e)s, tandis que la Police Municipale fait enlever les voitures gênantes par la fourrière. Je croise là sans plaisir mes habituels concurrents à la recherche de livres. Ceux-ci s’avèrent rares.

    Ce quartier n’est jamais très folichon. L’atmosphère cette année est encore plus pesante. Toutefois, pas loin de la place Saint-Marc, règne une certaine animation due à l’arrivée de vendeurs au taux d’alcoolémie élevé, un serveur de bar bien connu et quelques-uns de ses clients rockeurs. Ils n’ont manifestement pas dormi de la nuit et déballent dans le désordre. L’un d’eux va aller garer la camionnette. Je me tiens prudemment à l’écart.

    Croisant l’une de mes connaissances, je lui demande s’il a trouvé quelques bons vinyles. Peu, me dit-il, ce qui est quand même mieux que moi pour les livres. Et puis, il en a marre de la concurrence. Dès qu’il se penche sur un carton de disques, ils sont tous là à les lui disputer.

    Je lui demande où il ira demain dimanche.

    -En région parisienne, du côté de Rambouillet.

    -Tu crois que ce sera différent là-bas ?

    -Non, mais au moins ce ne sera pas les mêmes gueules.

    Partager via Gmail Yahoo!