• Ce qu’est en train de devenir La Poste (en humiliant au passage quelques usagers)

    Depuis quelques semaines, j’assiste à l’adaptation de La Poste rouennaise au monde moderne et je suppose que c’est la même chose ailleurs. Que ce soit à la Principale de la rue de la Jeanne ou à celle de la Champmeslé, le postier ou le plus souvent la postière n’est plus au guichet mais debout près de la porte et saute sur l’usager (ou le client comme on dit maintenant). S’il s’agit d’un affranchissement, normal, recommandé ou suivi, il est conduit illico presto vers la machine dont l’utilisation devient obligatoire.

    L’usager peut protester « Je ne sais pas m’en servir », rien n’y fait, il a droit à une séance d’initiation en forme d’humiliation publique, chacun pouvant constater qu’il est trop bête pour comprendre tout seul comment ça marche.

    Je fulmine pendant ce temps parce qu’aucune machine n’est libre :

    -Au lieu d’obliger ceux qui n’en ont pas envie, vous feriez mieux de laisser la place à ceux qui ne peuvent plus accéder à ces machines en libre-service parce que les postiers les monopolisent, fais-je remarquer à une postière.

    Si je veux me plaindre, je n’ai qu’à écrire à la Direction Départementale.

    A une autre, plus aimable, je fais remarquer que lorsque tout le monde saura se servir de ces machines, on n’aura plus besoin d’elle et elle ira pointer au Pôle Emploi.

    -Je sais bien, me dit-elle, mais on est obligé de faire ça, ce sont les ordres.

    *

    Sur une vitre du Palais de Justice, le dessin d’un homme très énervé avec ces mots : « Greffe en colère »

    *

    Flaubert porte beau en ce moment, place des Carmes, une belle écharpe colorée nouée autour de son cou de statue, tricotée à la main ou fabriquée en Chine, je ne sais.

    *

    Ce mardi midi, en chemin pour déjeuner avec une mienne nièce pas vue depuis longtemps, je passe devant l’église Saint-Sever. Le curé d’icelle aime les jeux de mots laids. Une banderole y proclame « Car’aime ton prochain ».

    Partager via Gmail Yahoo!