• Concert Leave Her To Heaven + Old Battlefield Entertainer + BBC au Cent Six

    Conséquence du déplacement de la foire Saint-Romain, le Cent Six, salle de musiques zactuelles, est cerné par les manèges et les marchands de barbe à papa, au milieu desquels je me faufile ce mardi en fin d’après-midi afin de jouir du concert gratuit Leave Her To Heaven + Old Battlefield Entertainer + BBC. A la sortie du labyrinthe, je tombe sur trois Céhéresses occupés à garder le parquigne que voulaient occuper les forains recalés.

    Si je suis là, c’est pour découvrir la musique de BBC dont je connais par correspondance le chanteur. Nous nous saluons. Cette succession de prestations se tient dans la Petite Salle qui porte bien son nom. C'est vite plein, heureusement certains préfèrent rester au bar. Le public est d’âge divers, les hommes majoritaires, bien qu’un groupe de filles fassent beaucoup de bruit pour Leave Her To Heaven.

    -Je suis allé les chercher dans un institut pour demeurées, c’est pour ça qu’elles sont toujours contentes, indique le chanteur guitariste dont j’apprécie la voix.

    Il est accompagné d’une violoncelliste et d’un  percussionniste. A eux trois, ils font dans le folk rock et c’est pour moi une bonne découverte.

    Leur succèdent Old Battlefield Entertainer un groupe de cinq garçons dont une majorité de barbus. Le nombre de décibels augmente. C’est du bon gros rock avec du poil au menton. Au bout de trois morceaux, je vais soulager mes oreilles au bar où je commande un verre de bordeaux à trois euros. Le verre est grand, le vin mauvais.

    C’est pour finir BBC, bassiste, batteur, chanteur guitariste, depuis un moment dans le circuit. Ce pop rock parfaitement rodé à la sauce anglaise me sied parfaitement et comme cela se termine par une reprise vitaminée de Summer in the City des Lovin’ Spoonful, quand je sors du hangar à musique j’ai de nouveau quinze ans.

    *

    Ce mercredi, entre midi et quatorze heures, nouvelle « opération escargot » des forains sans place dans les rues de Rouen. Les articles à leur sujet publiés via Internet sont suivis des commentaires qu’on imagine. On dirait que les journalistes tiennent à rappeler chaque jour que leur lectorat est en grande partie composé de primaires.

    Jean-Michel Bérégovoy, qui lui réfléchit (à quand il sera Maire écolo de Rouen) et que le désespoir de ces hommes laisse froid, considère que « la politique du coup de force est une pratique archaïque à l’opposé de notre conception d’une démocratie apaisée basée sur le dialogue et l’intérêt collectif. » (Grand Rouen).

    Le soir venu, ces forains sans place dont les camions montrent qu’ils font partie des plus pauvres (les riches ayant leur emplacement réservé depuis longtemps) annoncent qu’ils renoncent.

    *

    Citation de circonstance : « Le cerveau de l'imbécile n'est pas un cerveau vide, c'est un cerveau encombré où les idées fermentent au lieu de s'assimiler, comme les résidus alimentaires dans un colon envahi par les toxines.  » (Georges Bernanos La France contre les robots).

    *

    Réserver les commentaires des articles de presse en ligne au signalement d’erreur et à l’information complémentaire, voilà ce qui serait une bonne initiative.

    Partager via Gmail Yahoo!