• Coupant l’eau et les ponts avec Rouen, temporairement

    Le message, sur mon répondeur, jeudi soir, de la propriétaire de l’appartement d’à côté, victime d’un dégât des eaux, est le deuxième. A la suite du premier, envoyé dans l’après-midi, je suis allé voir ses locataires, mes voisins étudiants. La fuite d’origine inconnue en train de ruiner les cloisons sous leur escalier n’étant pas de mon côté mais de celui de l’appartement suivant, j’en étais reparti rassuré.

    Le second message m’explique que l’habitante de l’appartement suivant a coupé son compteur d’eau et que le bruit de la fuite ne cessant point, cela doit venir de chez moi. On me prie de couper à mon tour le compteur « en présence des locataires ». Ni lui ni elle ne sont là quand j’y sonne à vingt et une heures. Je dors mal et dès que j’entends bouger à côté au matin du vendredi je vois les voir.

    En présence du voisin locataire, je coupe mon compteur d’eau, ça continue à fuir chez lui. Je respire. L’autre voisine arrive et même une habitante de plus loin, qui n’a rien à voir avec l’affaire mais aime se mêler de tout. La fuite est avant les compteurs, telle est l’unanime conclusion. Les étudiants appellent le syndic. A midi, un plombier découpeur de cloison résout le problème.

    Je ne manquerai pas de couper l’eau en partant dimanche matin, coupant les ponts provisoirement avec la ville de Rouen, descendant vers le milieu de la France par Evreux Dreux Chartres Orléans, route des vacances, avec dans mes bagages, à relire, le Journal de Jules Renard (Bouquins/Laffont) et les volumes deux et trois des Papiers collés de Georges Perros (L’Imaginaire/Gallimard), le second ayant écrit la notice du premier dans le Dictionnaire des auteurs (Laffont/Bompiani).

    *

    Couper les ponts : « Se mettre dans l’impossibilité de revenir en arrière. ». La reconstruction de Mathilde montre qu’un pont coupé ne l’est pas forcément pour toujours.

    *

    Retombée de Balcon, la chanteuse dont je n’ai pas dit du bien trouve que j’écris « comme une merde ». En aurais-je dit que j’écrirais divinement.

    Partager via Gmail Yahoo!