• En lisant Refus d’obtempérer de Roland Bacri

    Je me replonge dans le Refus d’obtempérer de Roland Bacri, recueil de poèmes publié aux Editions Jean-Jacques Pauvert en mil neuf cent cinquante-neuf, illustré de « choses de lampe » de Siné, afin d’en tirer quelques pépites et puis de le ranger dans ma bibliothèque :

    J’ai loué le Seigneur

    Au plus offrant.

    -

    -Pendant que tu envoies

    Tes messages

    Honorable ami

    Ta fiancée très sage

    S’envoie un coolie.

    -

    Quand je l’ai rencontrée

    Aux tout-commencements

    Elle s’appelait Eve

    Nous vivions côte à côte.

    -

    L’homme est un sujet

    Qui s’accorde

    Avec la tribu.

    -

    L’homme a grand besoin

    D’un rappel à l’horde.

    -

    Le vieux parquet

    Craquait

    Laissant échapper

    Des plinthes.

    -

    J’aime à me lever

    Débonnaire

    A me rouler sur une adolescente

    De lit.

    *

    C’est qu’on en croise de beau monde dans les poèmes de Roland Bacri : un rabbin des bois, Méphisto Coppi, Monsieur Jardin qui fait de la rose sans le savoir, des sordides secours, un berceur de coffre-fort, un artisan du moindre effort, des prépositions malhonnêtes, des condamnés de drap commun, des filles de joie dans une mauvaise passe, des partisans laisser d’adresse, des encagés volontaires, les noubas de Montélimar et l’alléchante des siècles, pour n’en citer qu’une partie.

    *

    Roland Bacri est né à Bab El-Oued le premier avril mil neuf cent vingt-six. Il est toujours vivant mais a déjà son épitaphe :

    Ici gît suis. Ici gît reste.

    Partager via Gmail Yahoo!