• Exposition Dynamo (Un siècle de lumière et de mouvement dans l’art) au Grand Palais

    Ni veste, ni parapluie, en train pour Paris ce mercredi, le temps chaud et sec est assuré. Arrivé à Saint-Lazare, je profite de la fraîcheur matinale en rejoignant à pied les Champs-Elysées par les beaux quartiers. Sur la prétendue plus belle avenue du monde, des ouvriers terminent l’installation des tribunes du Quatorze Juillet (la populace regardera passer les militaires debout un peu plus loin). Je m’assois à l’ombre en attendant l’ouverture de l’exposition Dynamo au Grand Palais (que m’a signalée celle qui travaille dans cette ville) et profite d’une petite brise qui parfois apporte jusqu’à moi le brouillard naissant des trois cent soixante-treize diffuseurs que Fujiko Nakaya a placés dans le bassin du square (Cloud Installation).

    A dix heures, je suis l’un des premiers à entrer dans le Grand Palais dont les deux étages sont entièrement occupés par l’exposition sous-titrée Un siècle de lumière et de mouvement dans l’art. Dès la première œuvre, Voltes III de John Armleder, mur de néons verticaux, je suis totalement ébloui, c’est fait pour ça (« Attention zone sensible »). Un peu plus loin, Dishes d’Anish Kapoor joue sur les reflets mais trop de monde pour s’y bien voir. Dynamo attire et parmi les présents beaucoup d’enfants (« Maman, maman, viens voir »), aussi prends-je de l’avance et l’initiative est bonne car je peux entrer sans attendre dans la salle où est présenté Daylight Blue Sky Blue Medium Blue Yellow d’Ann Veronica Janssens, un brouillard artificiel bleuté si dense qu’on y voit rien à deux pas, bien cru que je ne retrouverai pas la sortie.

    C’est une exposition à ne savoir où donner de l’œil. Je remarque que la plupart passent d’une œuvre à une autre sans se soucier de savoir qui en sont les auteur(e)s, se comportant plus comme dans un parc d’attraction que dans un lieu d’exposition. Il n’est pas étonnant que bientôt arrivent, conduits là par des animateurs, les enfants des centres de loisirs. L’unique chose stable c’est le mouvement, partout et toujours rappelle Jean Tinguely sur un mur. Plusieurs fois, François Morellet me surprend. Je note noms d’artistes et titres d’œuvres mais c’est assez vain. Quand même Warmte de Jan Van Munster dont les filaments électriques pourraient servir de chauffage d’appoint, Invisible Life de Yayoi Kusama, mini labyrinthe à miroirs pustuleux, et posés en bas de l’escalier monumental les deux miroirs pivotants de Jeppe Hein 360° Illusion II qui vous mettent la tête en bas.

    L’exposition Dynamo s’achève par les pionniers dont les œuvres semblent bien petites et bricolées (Duchamp, Calder, etc.). Je rebrousse, revoyant tout, même Bluette d’Ann Veronica Janssens, accessible par une porte discrète que beaucoup ne remarquent pas (c’est heureux car on y entre au plus à quatre). En revanche, pour le brouillard de la même, la file d’attente qui s’allonge dans le couloir à l’heure où je repasse par là m’aurait découragé.

    C’est le pied hésitant que je retrouve le soleil de l’extérieur, comme à la descente d’un bateau menant dans une île bretonne un jour de mer agitée, d’accord avec Jean Clay Le cinétisme ce n’est pas ce qui bouge, c’est la prise de conscience de l’instabilité du réel.

    *

    Plus tard dans l’après-midi, rue du Faubourg-Saint-Antoine, une famille d’immigrés venue d’un ancien Pays de l’Est, parents et enfants sales allongés sur un vieux matelas, l’une des filles d’environ douze ans se levant pour aller uriner entre deux voitures. Un peu plus haut, place de la Bastille, de jeunes gens dynamiques en ticheurte bleu font la quête pour l’Unicef. Boulevard Saint-Michel, même scène et même quête. Ce qui me donne bien à penser.

    *

    Vieux couple dans un café parisien.

    Lui : Je vais prendre un sandouiche au saucisson.

    Elle : Tu sais bien que le saucisson c’est mauvais pour ta santé.

    Lui : Bon bah alors un sandouiche au jambon avec du beurre.

    Elle : Tu sais bien que le beurre ça fait grossir.

    Le serveur compatissant : Un peu de beurre quand même.

    Partager via Gmail Yahoo!