• Grand Hôtel par la Compagnie Grenade (Josette Baïz) à l’Opéra de Rouen

    Un spectacle « tout public », « à venir voir en famille », c’est à quoi je m’expose ce mardi soir à l’Opéra de Rouen où la Compagnie Grenade donne Grand Hôtel, une chorégraphie de sa responsable Josette Baïz.

    Effectivement, il y a beaucoup de moutard(e)s, venu(e)s en groupes scolaires ou avec papa maman. Des familles qui jouent toutes le même sketch, celui de la petite famille exemplaire, avec quelques variantes. Celle devant moi montre les deux enfants et la mère heureux d’être rejoints sur place par le père qui arrive tout juste du travail auréolé de son statut professionnel, embrassades, choix des fauteuils. « Ben non, je suis à côté de personne » proteste le garçon qui se retrouve à côté de sa sœur. Permutation, le voilà à côté de papa. Il s’agit maintenant d’aller faire pipi. Au retour, c’est bonbons et pulvérisation nasale.

    L’an dernier, c’était Gare Centrale, l’an prochain ce sera peut-être Aéroport International, entre les deux nous voici au Grand Hôtel et cela commence par Le Beau Danube Bleu sur lequel s’ébrouent des grooms fantomatiques. S’ensuit un retour au réel avec musiques variées, pantomimes, cavalcades et trampoline. À la fin, les mamans, les papas, les moutard(e)s et les branlotin(e)s sont content(e)s, certains autres adultes itou, les danseuses et danseurs aussi, qui sourient béatement pendant les saluts.

    J’ai quand même apprécié la projection d’images de nuages, qui m’a fait penser à celle dont l’avion se rapprochait de New York City.

    Partager via Gmail Yahoo!