• Hyper Maintenant, vernissage de l’exposition de la promotion deux mille douze du département Art de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Le Havre/ Rouen

    Hyper Maintenant, l’exposition de la promotion deux mille douze du département Art de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Le Havre/ Rouen, c’est l’expo de fin d’études des beauzarteux et beauzarteuses de Rouen, treize comme tous les ans. Cela se passe dans la Grande Galerie de l’Aître Saint-Maclou et j’y suis ce mercredi à dix-sept heures trente pour le vernissage, faisant le tour des œuvres, à peu près semblables à celles de l’an dernier et des années précédentes, les profs sont toujours les mêmes.

    Le directeur aussi, François Lasgi, qui vient me dire que des dessins de lui achetés par le Frac (Fonds Régional d’Art Contemporain) en mil neuf cent quatre-vingt-cinq ou quatre-vingt-quinze (je ne sais plus) sont actuellement exposés là-bas et qu’il aimerait que j’aille les voir. Il sera déçu.

    Entre les deux salles, une œuvre est posée sur le sol, mosaïque de terre peinte, que certain(e)s sautent et d’autres piétinent, la cassant peu à peu, au contentement de son auteure qui la photographie régulièrement. La seule que je connaisse dans les treize ne me dit pas bonjour, elle est avec papa maman.

    Je vais chercher un verre de vin blanc mais suis chassé des salles d’exposition. On ne boit que dehors. Ce que je fais en écoutant le dialogue entre l’une des étudiantes et un garçon qui vient de faire sa connaissance :

    -T’es spécialiste dans quelque chose ou tu touches un peu à tout ? lui demande-t-il sans malice.

    -J’ai mon univers, lui répond-elle.

    Pour comprendre qui a fait quoi dans cette exposition, il faut mettre la main sur l’un des rares plans sous pochette plastique. C’est ainsi que je sais que la seule œuvre qui retienne mon attention, une installation montrant une série de rats obèses en terre cuite face à un mur au pied duquel est répandue une profusion de graines de colza, s’appelle Abondances transitoire (écrit ainsi) et est de Wenceslas Dantz.

    Personne n’est là pour faire des discours cette année. Ces jeunes gens n’entendront donc pas dire que maintenant ce sont des artistes.

    Partager via Gmail Yahoo!