• Journal du voyage en Amérique du Nord (1) : début août, préambule

    Aller aux Etats-Unis d’Amérique ne se fait pas comme ça. Il me faut d’abord faire à la Mairie de Rouen un passeport biométrique, laisser les empreintes de tous les doigts de mes deux mains dans le fichier de l’Etat, puis solliciter des Etats-Unis une Esta (Electronic System for Travel Authorization). Pour ce faire, évitant les faux sites où se font pigeonner les inattentifs, je me connecte quelque temps avant le départ au site de l’Ambassade qui me conduit au site officiel du Gouvernement.

    Je commence par jurer que je ne souffre ni de chancrelle, ni de granulome inquinal, pas davantage de maladie mentale, puis je réponds aux questions que l’on me pose.

    « Demandez-vous l’admission aux Etats-Unis dans l’intention de vous livrer à des activités criminelles ou immorales ? ». C’est mal me connaître. Que non.

    « Avez-vous autrefois été impliqué(e), ou êtes-vous maintenant impliqué(e), dans des activités d’espionnage ou de sabotage ; de terrorisme ; de génocide ? » Pas du tout.

    « Avez-vous l’intention de chercher du travail aux Etats-Unis ? » Manquerait plus que ça.

    « Avez-vous retenu, volontairement ou par la force, un enfant dont le droit de garde avait été confié à un ressortissant américain ? » Fichtre non.

    Après avoir coché tous les non, je paie les quinze dollars demandés et reçois immédiatement mon autorisation d’entrer dans le pays, que j’imprime.

    Me voilà paré, je fais mon bagage en suivant les recommandations de celle que je vais rejoindre outre-Atlantique et en route.

    Partager via Gmail Yahoo!