• Journal du voyage en Amérique du Nord (10) : samedi dix-huit août deux mille douze, New York City (laundry à Harlem, Greenwich Village, Williamsburg, Chelsea, mariage à Convent Avenue)

    Point de machine à laver à Convent Avenue, après le petit-déjeuner nous partons vaillamment ce samedi dix-huit août faire une lessive dans la laundry où celle qui me loge a ses habitudes, vaste endroit pour laver son linge sale en famille, en couple ou tout seul. Des télés distribuent des tranquillisants, base-ball ou football au fond, télé réalité à l’entrée, une émission époustouflante dont le titre est quelque chose comme He’s the Father, dans laquelle se font face sous les huées du public une femme abandonnée avec son enfant et le père présumé. L’homme est sommé de reconnaître sa paternité, au besoin le test adéhenne vient au secours de la femme. Cela passe par des engueulades, voire des tentatives de bagarre et se termine par des larmes, une famille reconstituée et une ovation debout. Celle que j’accompagne se demande s’il ne s’agit pas de comédiens, Je pense que non. Pendant que se succèdent les pères indignes, dont bizarrement plus de noirs que de blancs, nos vêtements tournent de concert dans la machine à laver puis à sécher. Reste à plier tout ça ensemble comme un vieux couple et à remonter les étages alors qu’il fait déjà trop chaud à mon goût.

    Je l’emmène ensuite déjeuner à Greenwich Village, au Waverly, où beaucoup en sont encore au petit-déjeuner. Nous prenons chacun une omelette maison au bacon et pommes de terre avec des toasts beurrés et de la confiture maison que nous dégustons avec un grand demi pichet de vin, mon café est resservi mais pas son thé.

    Nous rejoignons la jetée de Yayoi Kusama où plein de filles et d’homos se font bronzer. Un travesti attend du monde dans les toilettes des hommes. Un vieux pédé est allongé sur l’un des champignons de Yayoi qu’on est invité à ne pas toucher.

    Quand on se décide à quitter le bord de l’Hudson River, on se trompe de métro et on arrive avec la L dans Brooklyn à Williamsburg, Bedford Avenue. Trop de monde sur les trottoirs, pas de café accueillant, un square nous offre une belle vue sur Manhattan mais on n’y trouve pas de banc à l’ombre aussi revenons-nous en métro à Chelsea, Huitième Avenue, où nous retrouvons Yayoi sous forme d’une bâche recouvrant les échafaudages d’un building en rénovation. Pas loin de là, on déniche des tables (et chaises) à la disposition des passants. L’une est libre et donc pour nous. Tandis qu’elle part à la recherche d’un rafraîchissement, j’observe le passage d’un mariage, défilé bruyant, photos au milieu de la rue, arrêt d’un taxi pour une photo porte ouverte. Elle revient avec des frozen yoghourts

    Au retour, nous croisons un mariage autrement clinquant sur Convent Avenue à la sortie de l’église de l’Annonciation. Le marié et la mariée, assez âgés, posent pour des photographes devant d’interminables limousines blanches. L’un des photographes nous dit que dans ces occasions les familles s’endettent pour des années.

    *

    Surprise de retrouver aux Etats-Unis la lessive Tide que je croyais disparue. Elle me fait souvenir des tristes lessives de l’enfance.

    *

    Sur un mur près du Waverly « Graffiti is a crime ».

    *

    Dans les toilettes publiques pour hommes de NYC, une table à langer.

    Partager via Gmail Yahoo!