• Montrant mon œil droit (et l’autre) à l’ophtalmologue

    Depuis ma visite au service ophtalmologique du Céhachu de Rouen en février dernier, mon œil droit me fait toujours souffrir et c’est ce lundi à treize heures que je vais en savoir plus, être inquiété ou rassuré. Evidemment, je crains le pire et passe une matinée tendue.

    -Non, rien de grave, me dit la spécialiste. C’est lié au desséchement de l’œil et il n’y pas de remède. On peut juste diminuer le symptôme avec un collyre.

    J’arrive à lui faire dire que c’est parce que je vieillis. « Ça peut disparaître dans quelques mois », me dit-elle en consolation.

    L’interne du Céhachu a pointé un deuxième problème, lié au champ visuel, à ce que je vois sur les côtés si je comprends bien. Pour vérifier, la docteure me fait passer un examen dans une pièce attenante sous la surveillance de la secrétaire. Il s’agit de fixer un point orange et de cliquer dès qu’apparaissent des étoiles tout autour. C’est comme un jeu vidéo et donc peu fait pour mon attention fugitive. Au bout d’un moment, je pense à autre chose et laisse passer des étoiles sans cliquer, et sans doute est-ce que j’en vois qui n’existent pas.

    L’ophtalmologue me rappelle dans son cabinet. Elle examine le graphe de l’examen. Il ne doit pas être probant puisqu’elle décide d’un nouveau rendez-vous dans six mois afin d’en refaire un.

    *

    Dimanche matin, je mets France Culture après les fâcheuses émissions religieuses. C’est la fin, entends-je, de la « Messe du Festival d’Avignon », un spectacle que je ne savais pas au programme et qui ne manque pas d’air quand on songe au mauvais sort que faisait l’Eglise aux comédien(ne)s.

    *

    « Votre Omnia », le cinéma rouennais s’adresse à son public comme le supermarché à sa clientèle, « Votre Intermarché ».

    Partager via Gmail Yahoo!