• Revenu des Amériques

                « Tiens le revoilà lui, l’est donc pas mort ? » Non, j’ai brillamment survécu à ce voyage aux Amériques, cause de la plus longue interruption de ce Journal depuis son début en deux mille six, revenu avec deux carnets de notes prises au fur et à mesure (parfois par celle que j’accompagnais, les jours de flemme ou de fatigue).

                Qu’en faire ? Au moins un Journal de voyage qui trouvera place ici, parsemant l’actualité d’un peu de passé. On y lira le récit d’un aventureux périple avec des morceaux de choix : comment je fus pris pour un immigrant par les garde-frontières à Toronto, comment nous fûmes à Niagara refusés d’entrée aux Etats-Unis et moi-même soupçonné d’entrée illicite au Canada, comment elle-même à Indianapolis fit face à une policière en arme dans l’escalier de la maison où nous avions une chambre d’hôtes en raison d’une alarme mal neutralisée, et nombre de considérations personnelles sur la vie en Amérique du Nord.

    *

                -On en reprend un petit ou on va manger ?

                -On en reprend un !

                Les travaux de la maison d’en face évoluent enfin vers leur terme, les colombages peints en bleu fournissent un sujet de conversation aux habituel(le)s habitué(e)s : « Ah, c’est pas beau ce bleu lavande, encore un coup de l’architecte des Bâtiments de France ! »

                Au Son du Cor, on se souvient que pour moi c’est café verre d’eau.

                Rouen se ressemble et est toujours une ville socialiste. On s’apprête à chasser des Roms de l’île Lacroix. « Pas si simple d’expulser les Gitans » titre Grand Rouen, fidèle soutien du pouvoir en place. Salauds de Gitans, rouvrir les camps et s’en débarrasser définitivement pourrait être la solution.

    Partager via Gmail Yahoo!