• Tandis qu’à Rouen une élue socialiste parraine un enfant de Sans Papiers

    Ce mercredi, à dix-sept heures, à la Mairie de Rouen, trois élu(e)s dont une Socialiste parrainent les trois enfants (dont deux scolarisés à l’Ecole Pouchet) d’un couple de Sans Papiers. Je n’y serai pas, étant à Paris. Aurais-je été à Rouen que je n’y serais pas allé davantage, lassé de tant d’hypocrisie. Valls saque et ses copains assurent la diversion.

    Ce Manuel Valls, qui avait vocation à quitter le territoire quand il est devenu Français puisque l’Espagne était un pays sûr (Franco mort depuis plusieurs années) comme le lui rappelait il y a peu un descendant de Manouches dans L’Humanité, montre chaque jour qu’il est pire que Sarkozy, Hortefeux, Besson et Guéant. Ainsi, ses services n’ont pas hésité à interpeller Léonarda, collégienne de quinze ans, fille de Sans Papiers, en pleine sortie scolaire, ce que le raconte l’une de ses professeur(e)s sur le site Mediapart : « je n'ai pas compris tout de suite ce qui se passait, j'ai cru que c'était la mère de Léonarda qui voulait être rassurée et en fait, c'était le maire de Levier, commune de résidence de Léonarda, qui m'a précisé qu'il savait que nous nous rendions à Sochaux et il me demandait expressément de faire arrêter le bus. Dans un premier temps j'ai refusé en précisant que ma mission était d'aller à Sochaux avec tous les élèves inscrits pour cette sortie pédagogique (visite de lycées + visite de l'usine Peugeot). Le maire de Levier, Albert Jeannin, m'a alors passé au téléphone un agent de la PAF qui était dans son bureau : son langage était plus ferme et plus directif, il m'a dit que nous n'avions pas le choix que nous devions impérativement faire stopper le bus là où nous étions car il voulait récupérer une de nos élèves en situation irrégulière : Léonarda Dibrani cette dernière devait retrouver sa famille pour être expulsée avec sa maman et ses frères et sœurs ! Je lui ai dit qu'il ne pouvait pas me demander une telle chose car je trouvais ça totalement inhumain ... il m'a intimé l'ordre de faire arrêter le bus immédiatement à l'endroit exact où nous nous trouvions, le bus était alors sur une rocade très passante, un tel arrêt aurait été dangereux ! Prise au piège avec 40 élèves, j'ai demandé à ma collègue d'aller voir le chauffeur et nous avons décidé d'arrêter le bus sur le parking d'un autre collège (Lucie Aubrac de Doubs). J'ai demandé à Léonarda de dire au revoir à ses copines, puis je suis descendue du bus avec elle, nous sommes allées dans l'enceinte du collège à l'abri des regards et je lui ai expliqué la situation, elle a beaucoup pleuré, je l'ai prise dans mes bras pour la réconforter et lui expliquer qu'elle allait traverser des moments difficiles, qu'il lui faudrait beaucoup de courage... Une voiture de police est arrivée, deux policiers en uniforme sont sortis. Je leur ai dit que la façon de procéder à l'interpellation d'une jeune fille dans le cadre des activités scolaires est totalement inhumaine et qu'ils auraient pu procéder différemment, il m'ont répondu qu'ils n'avaient pas le choix, qu'elle devait retrouver sa famille...Je leur ai encore demandé pour rester un peu avec Léonarda et lui dire au revoir (je la connais depuis 4 ans et l'émotion était très forte). Puis j'ai demandé aux policiers de laisser s'éloigner le bus pour que les élèves ne voient pas Léonarda monter dans la voiture de police, elle ne voulait pas être humiliée devant ses amis ! Mes collègues ont ensuite expliqué la situation à certains élèves qui croyaient que Léonarda avait volé ou commis un délit. Les élèves et les professeurs ont été extrêmement choqués et j'ai du parler à nouveau de ce qui s'était passé le lendemain pour ne pas inquiéter les élèves et les parents. »

    *

    Qu’on ne compte pas sur Christiane Taubira pour faire face à Valls sur ce sujet. Le Tribunal d’exception installé dans l’aéroport de Roissy, destiné à faciliter l’expulsion des Sans Papiers, est désormais en fonction. C’est pas de ma faute, a dit en substance la Ministre, c’est Sarkozy qui l’avait décidé, et puis comme on a fait des frais, il fallait bien l’ouvrir. Plainte a été déposée par les associations défendant les Droits de l’Homme.

    *

    Sarkozy, quand il était au pouvoir, toute son action disait « Votez Front National », Valls, maintenant qu’il commande, toute son action dit « Votez Front National », et après ces politiciens de droite et de gauche s’étonnent quand est élu un Conseiller Général d’extrême droite.

    Partager via Gmail Yahoo!