• Tragédie d’Olivier Dubois à l’Opéra de Rouen

    Ce premier avril, le public présent à l’Opéra de Rouen n’a pas peur, il est venu malgré cette mise en garde : « Nous attirons votre attention : les danseurs évoluent nus durant le spectacle ». Le spectacle, c’est Tragédie, une chorégraphie d’Olivier Dubois qui fut créée au Festival d’Avignon en deux mille douze. Un petit malin s’étonne que les placeuses et les placeurs soient habillés. J’ai place au troisième rang de l’orchestre et deux femmes pas trop grandes devant moi.

    Les neuf danseuses (dont une ronde, comme on dit) et les neuf danseurs (dont un métis, comme on dit) sont effectivement nus mais rien de sexuel ni d’érotique dans leur prestation qui passe en une heure et demie, sur une musique puissante de François Caffenne, d’une marche métronomique et frontale à un déplacement erratique et épileptique, en quoi il est facile de voir une allégorie de la condition humaine soumise aux évolutions du monde moderne, une tragédie face à laquelle nous sommes nus.

    À l’issue, les interprètes revêtus rejoints par le chorégraphe ont droit à des applaudissements nourris mais assourdis, la faute à mes oreilles, un peu secouées par les décibels.

    Partager via Gmail Yahoo!