• Voir conditions en magasin

    Mercredi, premier jour des soldes, il y a foule dans les rues de Rouen à espérer une meilleure image de soi de la société de consolation puis à rentrer à la maison pour constater qu’on est toujours même. Pas envie de ça, je prends la route direction de la campagne, Quévreville-la-Poterie et son plus grand dépôt de livres d’occasion de la région.

    J’y furète presque seul, à peine gêné par la radio Chérie qui y diffuse sa pop love entre deux publicités consacrées aux soldes « Voir conditions en magasin ». Jean-Jacques Goldman chante -bas dont le texte était le sujet de français au bac pro cette année, histoire de montrer à certain(e)s que la bonne littérature, c’est pour qui fait de bonnes études.

    Déjà en mil neuf cent quatre-vingt-six, ai-je lu sur le site de Libération, les élèves du Céhapé de coiffure de Reims avait dû analyser Envole-moi du même, pas de quoi faire naître l’espoir que surgisse dans cette profession un nouveau Fabrice Luchini. Fils de pauvre, élève d’un Collège d’Enseignement Général, j’ai heureusement eu la chance de vivre à une autre époque, exigeante.

    Dans mon sac, quand je repars, l’édition originale publiée par Julliard d’Et c’est ainsi qu’Allah est grand d’Alexandre Vialatte, livre trouvé au rayon « religion et spiritualité ».

    *

    Quarante pour cent des Français(e)s ont une bonne opinion de la fille Le Pen, disent les sondages et confirment les élections partielles. Comment pourrait-il en être autrement. Valls (après Guéant) persécute les Roms et les Sans Papiers. Elle avait donc raison, se disent les ploucs. Montebourg (après certains sarkozistes) accuse l’Europe de tous les maux. Elle avait donc raison, se disent les mêmes. Et de voter pour son Parti la prochaine fois, de plus en plus nombreux (xénophobes et anti-européens comme des Socialistes).

    *

    Pas très clairs les derniers instants de la vie de Clément Méric, « en hommage » duquel je suis allé manifester. Pas impossible que celui-ci, jouant les petits roquets hargneux, ait attaqué le molosse qui d’un coup de poing l’a tué. Je ne dis pas qu’il l’a bien mérité, juste qu’il aurait pu réfléchir.

    Partager via Gmail Yahoo!